Den globale energibehov vil stige med 60 procent af 2030


Del denne artikel med dine venner:

Dans son rapport sur les « Perspectives énergétiques mondiales 2004 » rendu public le 26/10, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) brosse le tableau du secteur de l’énergie dans le monde pour les 30 prochaines années.

La demande mondiale d’énergie devrait s’accroître de près de 60% d’ici 2030 « Le monde n’est pas encore à court de pétrole », estime l’organisation, pour qui de manière générale les ressources sont « plus que suffisantes » pour
klare den fremtidige efterspørgsel.



Mais l’envol des prix du pétrole et du gaz, l’instabilité croissante de l’acheminement de l’offre et l’augmentation des émissions de dioxyde de carbone, sont le signe « d’un considérable malaise dans le monde de l’énergie », ajoute Claude Mandil, le directeur exécutif de l’AIE, organisation qui regroupe les pays industrialisés consommateurs de pétrole.

L’AIE considère le prix du pétrole comme une « source considérable d’incertitude ». Le scénario d’un prix élevé, c’est-à-dire un baril à 35 dollars en moyenne, aboutirait à une diminution de la demande de 15% à l’horizon 2030, ce qui correspond à la consommation actuelle des Etats-Unis. Notons que le prix actuel du baril de pétrole à New-York est de 56.6 $­­­ environ…

Mellem nu og 2030 vil fossile brændstoffer, især olie med 121 Mbj (mio. Tønder / dag), tegne sig for 85% af stigningen i den globale efterspørgsel, ifølge IEA. To tredjedele af stigningen kommer fra stigende efterspørgsel på markedet, som Kina og Indien.

Naturgasforbruget forventes at blive fordoblet med 2030, mens andelen af ​​kul og atomkraft forventes at falde.

Et muligt alternativ scenario?

La demande mondiale pourrait-être inférieure de 10% en cas « d’action vigoureuse des pouvoirs publics » en faveur de la protection de l’environnement et de la sécurité énergétique.

I dette tilfælde vil afhængigheden af ​​de forbrugende lande i Mellemøsten blive reduceret. Således vil efterspørgslen efter olie falde med et volumen svarende til den nuværende produktion i Saudi Arabien, De Forenede Arabiske Emirater og Nigeria. Tilsvarende vil emissionerne af dioxin være 16% lavere end basisscenariet, som i øjeblikket udsendes af USA og Canada.

Det virker dog meget svært at tro på et sådant scenario i betragtning af vores samfunds inerti.

Lær mere: globalt energiforbrug


kommentarer Facebook

Skriv en kommentar

Din e-mail-adresse vil ikke blive offentliggjort. Påkrævede felter er markeret med *