Sådan virker 3 inflationen

Del denne artikel med dine venner:

Nogle forestillinger om inflation, valuta og finansiering ... (3 / 3)

Nøgleord: penge, omkostninger, Friedman, Keynes, Chicagos drenge, monetær rækkefølge, centralbank, ECB, styringsrente

Læs 2-delen

Det halmformede halm! Kig på de smukke kurver, der for os (fra et dokument BNP Paribas resarch): den af ​​afvigelse fra målet om 4,5%, og den akkumulerede forskel, da 98 (afvigelsen fra målet hedder pengegab). Disse kurver er i bunden af ​​denne artikel.

Men fortæl mig, siden siden du læste Friedman og vedtog sin smukke teori, hvis inflationen på alle tidspunkter og på alle steder skyldes for mange penge, så to ting én: enten havde vi en væksten stærkere end den forventede 2%, eller vi havde en frygtelig dræberinflammation af annuitants ud over 2% målrettet ...

Perdu, et re-perdu. En moyenne 2% de croissance environ, et une « inflation » inférieure à 2%. Alors la question à 1000 milliards d’euros est : mais où est donc passé cet argent?

Jeg hjælper dig: Husk ... Den måde, som regeringer og centralbanker beregner inflation, udelukker ikke mærkbart ... prisen på ejendomsaktiver samt de finansielle aktiver. Bizarre? Sagde du mærkeligt?

Quant on écoute un peu les milieux financiers, ou qu’on lit les ouvrages de certains experts, il semblerait que la réponse soit limpide. Oui, c’est vrai, la planète (car il n’y a pas que l’Europe, ce fut la même histoire aux Etats-Unis, et dans le monde entier) croulerait sous l’excès de liquidités… c’est-à-dire d’argent ! Au point ne plus savoir qu’en faire ! Au niveau mondial, la base monétaire (c’est-à-dire la monnaie émise par les Banques Centrales) augmente à un rythme de…20% par an ! En clair, et ceci fera sans doute faire un salto arrière de surprise à tout habitué du JT de 20 heures ayant bien intégré le « Ca va mal, on est presque en faillite, y’a plus assez d’argent, la France vit au dessus de ses moyens ». De l’argent, y’en a, et même y’en a trop, à tel point qu’il ne sait même plus où s’investir, le pauvre (bien que son terrain de jeu soit mondial désormais, par la libre circulation des capitaux).



Etonnant, non ? Au point que certains spécialistes issus du sérail (des banquiers, comme Jean Peyrelevade, ancien président (et redresseur) du Crédit Lyonnais, ou Patrick Artus, économiste en chef de la CDC Ixis) commencent eux mêmes à s’en émouvoir et à tirer la sonette d’alarme. Artus parle même de « capitalisme sans projet », car les bénéfices des grands groupes s’accumulent et ne s’investissent plus… si ce n’est pour racheter pour des sommes considérables leurs propres actions (afin de maintenir artificiellement la rentabilité du dividende pour l’actionnaire). Les grands groupes ne savent plus quoi faire de leurs montagnes d’argent accumulées! Et comme le précise Artus dans son récent livre « Le capitalisme est en train de s’autodétruire », cette situation est largement dûe aux Banques centrales, dont la complicité, pour reprendre le terme employé par l’auteur, est patente pour avoir favorisé la création d’argent facile à l’origine des bulles boursières et immobilières.

Fordi tror ikke på, at ECB går alene i dette underlige paradoks. Siden 10 år har den amerikanske modpart, Fed, lige fordoblet mængden af ​​dollars i omløb verden over (en gennemsnitlig stigning på ... 8% pr. År som tilfældigt). Da mekanismen ikke er klar til at stoppe, har Fed fundet en radikal måde at ikke længere komme til at kildre dette emne lidt paradoksalt: NYT! fra 23 Mars 2006 offentliggør den ikke længere M3 pengemængden! Overraskende beslutning annonceret lakonisk og uden nogen egentlig begrundelse ... hvis det ikke er tilfældet at ikke længere vise, hvad der gør opgaven: den utrolige stigning i mængden af ​​penge, der er skabt i de seneste år.

Pour information, un petit peu gênée aux entournures sans doute, la BCE avait elle annoncé en 2003 que l’objectif de maîtrise de M3 ne serait plus considéré comme un des piliers de la politique monétaire européenne ! Seule reste donc la maîtrise du hochet pour les foules : la fameuse et soi-disant « inflation » (en fait expurgée de ce qui fait tâche la encore : le prix des actifs financiers et immobiliers comme expliqué ci-dessus). Ne soyez pas surpris si un de ces jours, M3 disparaît aussi des tableaux de la BCE…

Så det er meget mærkeligt det samme og bringer os tilbage til begyndelsen af ​​historien og til Friedman. For at forhindre staten i at vende billboardet, har nogle lykkedes fra slutningen af ​​60-årene, men især i de følgende årtier, at fjerne det berømte bord fra hænderne på folks repræsentanter for at sætte ind sikrere hænder ... for dem. Og nu så snart som færdig, begynder billboardet at blive mere smukt! Modsigelse? Ja, i det mindste, men jeg vil sige mere: svindel!

Car à qui profite cet argent tout frais dont l’encre (même virtuelle) n’est pas encore sèche ? A ceux qui profitent des bulles spéculatives ainsi générées : immobilier et actifs financiers. Et qu’on ne vienne pas me dire que le primo-accédant à la propriété ou le salarié qui possède trois malheureuses actions de sa société fait partie des gagnants. Ceci n’est qu’un paravent destiné à justifier l’ampleur du hold-up ! Car bien sûr, ce nouvel argent, créé rappelons le ex nihilo (à partir de rien donc) au travers des crédits accordés à certains, rentre dans l’économie par certaines portes bien précises. C’est bien sûr le rôle des organismes prêteurs (banques par exemple) de faire le tri, un peu comme un vigile (un « physionomiste ») à l’entrée d’une discothèque. Et je ne suis pas sûr que le chômeur, le RMiste ou toute une catégorie de la population aient la « tenue correcte exigée » pour rentrer. En revanche, toute l’ingéniérie financière, d’une complexité que l’on n’imagine guère, développée ces dernières années au bénéfice d’une minorité d’investisseurs, se fonde sur un crédit peu cher permettant de spéculer sur les marchés financiers mondiaux d’une manière que le quidam à bien du mal à imaginer. Cette population là, costard-cravate, est bien sûr la bienvenue au banquet du crédit facile.

Dette er selvfølgelig den sidste avatar af den historiske koncentration af rigdom, hvis størrelse kun er stigende. Det tilsyneladende mirakel af moderne økonomi: Jo flere penge du låner, jo rigere bliver du! Jeg har problemer med at forklare det for min gamle mor ... Andre gange er andre morer sagt. Og andet monetært system, især. (...)

Kilden til artiklen.

Læs mere

- Penge fidus for at skabe penge
- Trækkurve for M3-zonen EU i forhold til 4,5% -målet:

- Kurve for M3 kumulerede afvigelse i forhold til målet:

- Siden forfatteren af ​​disse sider
- Ecouter et télécharger des émissions radios « Des Sous et des Hommes » en .mp3
- Hvad er forbrugerprisindekset?
- Den Europæiske Centralbanks websted


kommentarer Facebook

Skriv en kommentar

Din e-mail-adresse vil ikke blive offentliggjort. Påkrævede felter er markeret med *