Øerne opslugt af de rige økoterrorister?


Del denne artikel med dine venner:

Les petites îles accusent les pays riches « éco-terroristes »

Les petites îles, menacées par la montée des eaux, ont accusé en 2005, à Maurice les pays industrialisés de commettre des actes d' »éco-terrorisme » et les ont appelés, avec le secrétaire général de l’Onu Kofi Annan, at handle mod klimaændringer.

Præsident Anote Tong, statschef for Kiribati, en Stillehavs Atoll af 90.000 indbyggere kun få meter over havets overflade, fordømte drivhusgasemissionerne, der er ansvarlige for global opvarmning, på et internationalt møde i FN i Port Louis afsat til små ø udviklingslande.

« Ces actes délibérés de la part de certains, destinés à sécuriser leurs bénéfices au détriment des autres, peuvent être comparés à des actes de terrorisme, d’éco-terrorisme », a-t-il ajouté. « La communauté internationale doit prendre des mesures immédiates et totales pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », a lancé M. Tong.



« Nous devons être prêts à prendre des mesures décisives face au changement climatique », a confirmé M. Annan lors de la même réunion.

« Qui oserait affirmer que ce que nous faisons suffit? », a-t-il demandé, appelant la communauté internationale « à prendre des mesures décisives face au changement climatique ».

Med Maldiverne, Tuvalu og Marshalløerne er Republikken Kiribati et af de lande, der er mest truet af de stigende farvande, der er knyttet til den globale opvarmning. Maldiverne hovedstad, Mand, kunne forsvinde i 2100, ifølge et scenarie af lokale myndigheder.

Februar 16 vil markere Kyoto-protokollens ikrafttræden, hvilket kræver, at 2005-industrialiserede lande reducerer deres drivhusgasemissioner. Denne tekst blev afvist af USA, Kina og Indien.

Les îles Cook, dans l’océan Pacifique, ont demandé à « toutes les parties de ratifier le protocole de Kyoto ».

Sans mesures urgentes, « la survie de nos peuples dans les petits Etats insulaires en développement sera sérieusement compromise », a prévenu le Premier ministre de Tuvalu, Maatia Toafa.

Høje bølger af 3 meter faldt i februar 2004 på dette lille land i Stillehavet, hvor det højeste punkt kulminerer på 4 meter.

« Sans actions globales (…) pour stopper l’élévation du niveau de la mer, (…) mon peuple va se transformer en réfugiés de l’environnement », a encore estimé le président des îles Marshall, Kessai Note.

Lær mere: opvarmning og små øer


kommentarer Facebook

Skriv en kommentar

Din e-mail-adresse vil ikke blive offentliggjort. Påkrævede felter er markeret med *